In June 2018, we have swam the strait of Gibraltar

Le 1er Juin, nous avons traversé le détroit de Gibraltar à la nage en 5 heures 11 minutes et 54 secondes. Nous sommes arrivées à Tarifa une semaine plus tôt, autant vous dire que l’attente fût un peu longue. Mais le détroit de Gibraltar est capricieux et les conditions sont rarement favorables à une traversée.  Tous les jours, en fin d’après-midi, l’équipe d’ACNEG, qui organise les traversées, nous tenait informées des conditions météo pour le lendemain et si nous devions nous tenir prêtes à aller barboter avec les cachalots! Le 31 Mai, en fin d'après-midi , le rendez-vous est donné pour le lendemain à 12h00 au port de Tarifa.
Le  1er Juin  la mer est plutôt calme, sauf sur les deux premiers kilomètres aux abords de la côte espagnole, le soleil est également au rendez-vous. Bref la météo est dans notre poche.
Nous sommes accompagnées de deux bateaux, le premier que nous devons suivre en nageant et qui nous indique la direction et un zodiac qui suit la nageuse de tout prêt. L’équipe d’ACNEG est fantastique et nous emmène dans des courants favorables tout le long de la traversée. Nous croisons de très gros paquebots qui créent de la houle et nous donne un peu de fil à retordre. Nous entendons également le cri des dauphins au loin, derrière nous.
Nous nous relayons toutes les 30 minutes comme l’impose les règles d’ACNEG et  5h11 minutes plus tard nous touchons la côte Marocaine, juste à temps car la météo commence à se dégrader!

34303031_1414173762061574_8684252924223684608_o.jpg

Interview VivaCité, Quoi de Neuf, 07/08/17

Quoi de Neuf?

Publié le lundi 07 août 2017 à 12h01(réécouter)

Laura et Caroline deux amies se sont lancées le défi de traverser le détroit de Gibraltar à la nage ! Un challenge avec une cause… elles souhaitent collecter 40 000 euros pour payer une prothèse à un jeune Congolais. Christian a été amputé juste au-dessus du genou lors d’une attaque dans son village.

La distance entre le Maroc et l’Espagne varie entre 18 et 22 km, selon les courants rencontrés en mer. Laura et Caroline ont choisi d’entreprendre leur traversée dans le détroit de Gibraltar pour des raisons pratiques, " traverser la Manche à la nage était beaucoup plus périlleux, pour des nageuses amateurs " souligne Caroline Druel contactée par téléphone.

En pleine crise migratoire, le choix de relié l’Afrique à l’Europe à la nage est lourd de symboles ! Pour réussir leur pari les nageuses s’entrainent 4 à 5 fois par semaine. Elles sont encadrées par Loïc Branda, ancien membre de l’équipe de France de natation et spécialiste de la nage en eau libre.

Vous pouvez soutenir les deux nageuses, sur le site leetchi.com en faisant un don à la collecte : " Swim4chris ".

 

 

 

Article from the DH.be ( 27/04/2017)

Deux jeunes femmes résidant à Bruxelles se sont lancées un défi complètement fou: traverser le détroit de Gibraltar à la nage. Un challenge qui leur permettra de récolter des fonds pour financer l'achat d'une prothèse pour Christian, un jeune congolais de 29 ans, victime d'une attaque par les rebelles, et amputé de la jambe droite.

Depuis juillet de l'année passée, Caroline Druel et Laura Leemans s'entrainent intensivement afin réaliser cet exploit.

C'est en juin 2018 que les deux nageuses, effectueront cette prouesse en eau libre. La traversée du détroit de Gibraltar, est longue de 18 à 22 km suivant la force des courants. Pour se préparer, les deux sportives nagent en moyenne 20 à 25 km par semaine et participent à des compétitions se déroulant en Espagne et en Italie.

C'est Caroline Druel qui est à l'initiative de cette idée généreuse. La jeune femme travaillant pour Oxfam Belgique et conduisant des projets au Congo, elle aurait rencontré Christian dans le cadre de plusieurs missions dans le Kivu. Touchée par l'histoire du jeune homme, elle s'est fixée pour objectif de lui fournir une nouvelle prothèse dont le coût s'élève à 40.000 euros, séances de kiné comprises.

En reliant les deux continents à la force de leurs bras et de leurs jambes, c'est une belle histoire teintée d'amitié et de générosité que s'apprêtent à vivre Caroline, Laura et Christian. De quoi leur souhaiter bon vent!